Olivier Reisinger 2017-2019

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Syrphes Porte d'Italie à Toulon (83)

Eristalinus taeniops, 28/4/2021

Mouches de la famille des Syrphidae

Chez les Syrphes la femelle s'identifie par ses yeux bien séparés, ils sont jointifs chez le mâle.

Eristalinus taeniops

28/4/2021. 1er contact avec l'espèce.

Paragus sp

28/4/2021. "Nouvelle" espèce pour moi. Ou plutôt, nouveau genre, car plusieurs espèces sont possibles.

Episyrphus balteatus

Cette espèce, très commune en Eurasie, Afrique du Nord, et même jusqu'en Australie, peut hiverner à l'état adulte (imago) et est migratrice. On en trouve en Europe jusqu'en Scandinavie. A l'état larvaire, elle peut consommer dans son cycle de vie quelques centaines de pucerons.

23/3/2021.

17/4/2020. Individu femelle.

7/4/2020. Individu femelle.

Syritta pipiens

9/5/2020.

12/4/2020. Femelle de ce Syrphe aux belles cuisses.

Eupeodes corollae

4/5/2020. Individu mâle.

27/4/2020. Individu femelle.

Eristalis tenax

4/5/2020. Individu femelle.

Sphaerophoria scripta

4/5/2020. Individu mâle.

Genre Ceriana

Chez Ceriana les espèces conopsoides et vespiformis se distinguent par leur scutellum : il porte une fine bande jaune dans la première, une plus large bande jaune dans la seconde.

Ceriana conopsoides

4/5/2020.

Ceriana vespiformis

4/5/2020. Vue de face, elle garde un aspect de Guêpe , la tête de Mouche est moins évidente à reconnaitre que chez la plupart des Syrphe !

23/4/2020. Individu femelle.

Myathropa florea

23/4/2020. Sur cette photo on voit bien le logo de Batman sur le thorax.

17/4/2020.

Scaeva pyrastri

3/4/2020. Individu mâle.